LE TAIJI QUAN (ou Tai Chi Chuan)

 

Il est le plus connu et le plus répandu des Arts Martiaux internes Chinois. C'est un art fondé sur la pratique de mouvements fluides et souples, réalisés dans la lenteur. Il existe une centaine de mouvements : parer, presser, pousser, tirer…ou "le serpent rampe", "la grue blanche déploie ses ailes"... Ces mouvements sont enchaînés harmonieusement dans des séquences plus ou moins longues, plus ou moins complexes.

 

Ondulations, rotations, étirements : tous les mouvements partent du centre siège de l'énergie vitale. Le corps est constamment comme étiré vers le haut, la tête droite, la nuque étirée.

 

De l'extérieur, le Taichi Quan en impose par le calme qu'il dégage.

 

D'ailleurs, cet art martial est souvent défini comme une “méditation en mouvement”, une "relaxation active". Il s'agit en effet d'atteindre un état de tranquillité intérieure tout en étant en mouvement. Par le jeu de transfert du poids du corps d'un pied sur l'autre, le taichi chuan améliore également le sens de l'équilibre.

 

De manière générale, il aide à mieux intégrer son schéma corporel et coordonner ses mouvements. L'entraînement du taichi chuan permet au pratiquant de mieux faire circuler l'énergie, de la mobiliser et de l'utiliser à son gré pour se détendre, se recentrer et se défendre. Ayant presque 500 ans d'histoire, le Taichi Quan possède selon les écoles et les styles, de multiples aspects :

  • la pratique de la forme en solo ou en groupe est fondamentale. Elle est la base de tout travail ultérieur et convient à la majorité des pratiquants par ses relations avec la relaxation, la santé et la méditation. C'est un combat contre un adversaire imaginaire.

     

  • la poussée des mains (tuishou) à deux est très ludique et enrichissante. Elle permet d'éprouver, de mieux comprendre et d'appliquer les mouvements de la forme dans leur aspect énergétique et martial, mais également de développer des qualités d'écoute du partenaire.

     

  • le maniement des armes : épée, sabre, éventail, bâton, perche… sont des prolongements du corps, des outils dont la maîtrise favorise la réalisation de soi.

Source FFWushu

Le tai-chi-chuan en tant qu'art martial dit interne insiste sur le développement d'une force souple et dynamique appelée jing, par opposition à la force physique pure.

 

La règle première du tai-chi-chuan est la décontraction (song, song kai) qui permet de délier les mouvements : un mouvement de coup de poing va provenir de la taille, plutôt que du bras ou de l'épaule.

 

Une fois la relaxation song installée, le pratiquant va développer le peng jing ou force interne consistant à relier chaque partie du corps en restant relaxé : une partie bouge, tout le corps bouge; une partie s'arrête, tout le corps s'arrête. Le peng jing est la force caractéristique du tai-chi ; l'analogie est de la comparer à une boule élastique : frapper dedans, et votre coup sera retourné dévié vers vous.

 

Lors des coups frappés, l'énergie est tout d'abord concentrée dans le dantian, qui est un des points d'énergie (plus connus connus sous le nom de "chakras"), situé deux pouces en dessous du nombril (équivalent au second chakra ), puis est libérée, accompagnée d'une onde de choc propagée par l'ondulation des articulations du pratiquant, tel un fouet. On appelle cela exploser la force ou fajing.

 

Le tai-chi porte une attention particulière à l'enracinement. L'énergie doit aussi partir des "racines" dans les pieds, puisque c'est généralement eux qui dans la majorité des cas vont lancer le coup que donnera la main, ou tout autre partie frappante.

 

On dit parfois, "le pied donne le coup, la hanche dirige, et la main transmet".

 

Ce contrôle du qi s'apprend avec les exercices de qi gong (littéralement, travail du souffle) taoïste (différent des exercices de qi gong bouddhique).

 

L'entraînement aux exercices de tai-chi-chuan est tout d'abord exécuté lentement pour justement percevoir la relaxation et la circulation du mouvement.

 

Ensuite, le pratiquant pourra commencer à accélérer les gestes, et pratiquera les fajing - libération de l'énergie - d'abord réduits afin d'éviter d'abîmer ses articulations, puis de plus en plus complets.

 

Les exercices de poussées de mains permettent d'appliquer les principes du tai-chi avec un partenaire et ceci de manière progressive : rester relaxé (song) sur une poussée par exemple pour démarrer.

 

Le tai-chi permet d'exprimer la force (exploser la force ou contrôler simplement par déséquilibre) avec n'importe quelle partie du corps, ce qui permet d'envisager aussi bien des techniques longues de boxe que du corps à corps. À l'extrême, l'explosion de force s'effectue avec un mouvement imperceptible.

gif creator


Rechercher dans le site

Cours forme YANG mains nues avancé : mercredi de 19h à 21h au Centre Baudrit à Lons
Cours CHEN forme 24 mvts débutant : lundi de 19h à 20h30, au stade Blanchard à Pau - Cours forme CHEN avancé : mardi de 18h30 à 20h30, au stade Blanchard à Pau - Cours CHEN LAO JIA : jeudi de 17h30 à 18h30 au stade Blanchard à Pau - Cours CHEN LAO JIA débutants : vendredi de 18h10 à 19h40 , au centre Baudrit à Lons
Cours QIGONG : jeudi de 10h00 à 11h15 au centre Baudrit à Lons